<script src='http://s1.wordpress.com/wp-content/plugins/snow/snowstorm.js?ver=3' type='text/javascript'></script>
Tant que les lions n'auront pas d'historiens, les histoires de chasse tourneront à la gloire du chasseur - Le mensonge se lève très tôt mais la vérité finit par le rattraper - Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage

mardi 31 mai 2011

La communication et la guerre

Nouvelobs.com publie un article à propos de la Syrie, avec première réaction de lecteur qui apparaît à l'heure où je lis l'article - je cite - : "au secours!! quattend t on pour intervenir????" (04:53 le 31-05-2011)

L'article, de Céline Lussato, relate une terrible atrocité, un adolescent torturé et tué, atrocité... comme il s'en passe tous les jours en Côte d'Ivoire sous Ouattara...  sans écho dans la presse française (sauf, un mois et demi après, pour Duékoué !)...

Voilà qui pose la question de la communication et de son effet sur les lecteurs.


Extrait de l'article Céline Lussato sur la Syrie :

"Hamza, 13 ans, torturé puis exécuté – icône de la révolution syrienne

Publié le 30-05-11 à 15:01   Modifié à 18:07   46 réactions

La colère enfle encore après les funérailles du jeune homme dont le corps rendu à sa famille porte les traces des pires sévices. Par Céline Lussato :

Après 11 semaines de révoltes, les insurgés syriens ont une icône. Depuis vendredi 27 mai et la diffusion par Al-Jazira d'une vidéo du corps de Hamza Ali Al Khateeb, 13 ans, leur colère enfle.

Le visage violet et défiguré, son corps recouvert de traces de coups, de brûlures de cigarettes, de traces de balles tirées pour blesser mais non pour tuer, Hamza apparaît entouré de ses proches, affligés. Ses rotules ont été cassées, son cou brisé, sa mâchoire fracassée et son pénis coupé, précise le Washington Post.

La cause précise de la mort de Hamza n'est pas claire. L'ampleur de la souffrance endurée durant le mois qu'il a passé dans les geôles syrienne est en revanche palpable. Et, loin de dissuader les manifestants, elle n'a fait qu'accroître leur détermination. [...]"

Commentaire - je cite à nouveau - "au secours!! quattend t on pour intervenir????"...



Effet de la communication qui a été bien saisi en Côte d'Ivoire par les ouattaristes, d'autant mieux saisi qu'ils savent que leurs propres exactions (en ce moment-même) sont passées sous silence par les "grands médias" qui communiquent sur la Syrie.



Exemple de l'usage des médias occidentaux par la communication ouattariste :

Publié sur SOS Droits humains en Côte d'Ivoire le 31/05/2011 :

"La consistance des accusations contre Laurent Gbagbo en question


Le 1er Avril 2011, tandis que les FRCI commettaient les massacres de Duékoué, Sogona BAMBA, conseillère en communication d’Alassane Ouattara, présentait la photo d’un homme brûlé vif sur France 24 :


"Oui ils [les FRCI pro-Ouattara] descendent vers le sud, et je pense que c’est par légitime défense, parce que vous ne pouvez pas avoir un monsieur qui a gouverné un pays, et qui peut accepter de laisser ses partisans brûler des jeunes comme ça ! Vous ne pouvez pas ! Aujourd’hui, on ne peut pas regarder ça. […] Il faut montrer ce que les hommes de Gbagbo ont fait, c’est donc une légitime défense !"
« Côte d’Ivoire la guerre civile », France 24 le 01/04/2011, 9ème minute]


Cette photo qui a été présentée par Mme Bamba comme une exaction des partisans de Laurent Gbagbo, afin de justifier l’offensive sanglante des FRCI, est en vérité celle d’Ernesto Alfabeto Nhamuave qui a été brûlé vif à Johannesburg le 18 Mai 2008 au cours d’une émeute. Cette photo a par ailleurs illustré divers articles de la presse ivoirienne, notamment celle favorable à  M. Ouattara (koaci.com)  dès Novembre 2010.

Mme Bamba a-t-elle souvent utilisé de tels arguments auprès des médias et des ONG humanitaires, pour légitimer la rébellion pro-Ouattara depuis 2002 ? Les témoignages de crimes qui auraient été commis sous l’égide de Laurent Gbagbo, publiés dans le dernier rapport d’Amnesty International, sont-ils plus sincères que les allégations des communiquants de M. Ouattara ?

Au vu de la communication si percutante de M. Ouattara, dont Mme Bamba a fait une brillante démonstration sur le plateau de France 24, et des conséquences dramatiques qui en ont résulté sur le plan humanitaire pour les citoyens ivoiriens, ces questions sur la consistance des accusations contre Laurent Gbagbo méritent bien d’être posées !"

4 commentaires:

  1. delugio, puisque nous sommes inondés de mensonges et de désinformations par beaucoup de médias occidentaux, tout ce qu'ils disent doit être pris avec des pincettes.
    Tout le temps on observe le deux poids, deux mesures ; les bonnes et les mauvaises victimes.
    Les occidentaux choisissent ce qui les arrange alors inutile de s'attarder dessus sinon on perd son temps. On sait comment ils fonctionnent, nous sommes de moins en moins dupes.

    RépondreSupprimer
  2. Exact. Mais il y a encore pas mal de dupes, et la duperie a pas mal de réserves ! D’où l'utilité de continuer à mettre, de temps en temps, les points sur les i.

    RépondreSupprimer
  3. http://www.voltairenet.org/Mensonges-et-verites-sur-la-Syrie

    Qui croire ???

    RépondreSupprimer